Comment choisir son eau?

cortisol
Prise prolongée de corticoïdes: comment ajuster son alimentation?
12 décembre 2019
Par quoi remplacer le sucre blanc?
5 alternatives au sucre blanc
26 décembre 2019
Voir tous

Comment choisir son eau?

quelle eau boire?

L'eau, essentielle à la vie

S'il y a bien une chose que nous consommons tous et dont nous avons tous besoin, c'est l'eau! Sans eau, pas de vie possible! On connait tous la recommandation "il faut boire au moins 1,5 litres d'eau par jour". Cette recommandation a été faite sur le principe qu'un individu de taille moyenne élimine entre 1 et 2 litres d'eau par jour, d'où la nécessité d'apporter cette eau par l'alimentation. Toutefois, les besoins en eau varie d'un individu à l'autre, en fonction de sa corpulence, de son alimentation plus ou moins riches en fruits et légumes (Ils contiennent beaucoup d'eau!), de son activité physique, et de son environnement (climat tropical, chaud, sec, humide...). Par exemple, un individu qui mange "sec" avec peu de fruits et légumes, et principalement des féculents et des produits carnés aura tendance à avoir besoin de boire beaucoup plus qu'un individu qui a une alimentation composée de plus de 50% de fruits et de légumes.

L'eau est partout dans notre alimentation. Les végétaux (fruits et légumes) que nous consommons contiennent beaucoup d'eau. On en trouve également dans les boissons de la journée: thé, tisanes, café, jus... L'eau que nous apportons chaque jour à notre corps passe rapidement dans les voies digestives, et participe à l'épuration de l'organisme en entraînant avec elle les résidus métaboliques pour nettoyer le corps. Par ailleurs, notre corps étant constitué de 70% d'eau, il apparaît donc normal qu'elle soit aussi importante pour nous.

De façon générale, il n'est pas nécessaire de boire plus que sa soif ou de se forcer à atteindre une certaine quantité d'eau par jour. Les besoins sont individuels et la soif est un bon indicateur pour les personnes en bonne santé générale. Il faut rester à l'écoute de ses sensations, tout simplement. Attention, dans le cas des personnes âgées, c'est une autre histoire. Avec l'âge, la sensation de soif tend à disparaître et il est alors important de s'hydrater plusieurs fois dans la journée même si on ne ressent la sensation de soif.

L'eau du robinet

Dans les pays occidentaux, l'eau du robinet est considérée comme étant officiellement potable, autrement dit elle est déclarée inoffensive à l'égard de notre santé. Mais qu'en est-il vraiment? Les produits chimiques apportées par l'eau du robinet peuvent être sources de déséquilibres dans le corps. Alors certes, ces produits chimiques peuvent être bien gérés par un corps en pleine santé, mais qu'en sera-t-il pour une personne affaiblie ou dévitalisée? Même si l'eau du robinet subit un filtrage, elle est loin d'être parfaite.

Quelles sont les substances controversées dans l'eau du robinet?

les nitrates

Les eaux souterraines contiennent généralement moins de 15 mg/L de nitrates. L'eau du robinet est plus riches en nitrates à causes des activités humaines: engrais azotés, rejets d'eaux usées, activités industrielles...). La limite officielle pour que l'eau soit potable est de 50 mg /L. Faire bouillir l'eau ne permet pas de réduire sa concentration en nitrates bien au contraire.
Le danger des nitrates, c'est qu'ils se transforment en nitrites dans l'organisme et que ces nitrites se combinent ensuite avec des amines pour former des substances cancérigènes dans le corps: les nitrosamines. Ces réactions sont encore plus rapides dans le corps d'un nourrisson. Toutefois, d'après l’Organisation Mondiale de la Santé, la norme de 50 mg/L serait sûre pour les femmes enceintes et les nourrissons. Mais dans les habitudes des consommateurs, nombreux sont les parents qui préfèrent, par précaution, utiliser de l'eau en bouteille pour la préparation des biberons de bébé.

le plomb

Le plomb que l'on retrouve dans l'eau du robinet provient essentiellement des conduits en plomb. Lorsque l'eau stagne dans les tuyaux, elles se charge en plomb. Ces conduits sont davantage présents dans les anciennes habitations, datant d'avant 1950. L'intoxication au plomb, en fonction de son intensité, peut provoquer de simples troubles digestifs voir atteindre le système nerveux. Pour éviter tout risque de contamination, il est possible de vérifier la date de construction de votre habitation ou bien votre système de canalisation.

Le chlore

L'eau du robinet a subit une désinfection au chlore pour en garantir une certaine qualité bactériologique. Le taux de chlore résiduel maximal autorisé est de 0,25 mg/L. Plus de 95% des eaux de villes sont désinfectées au chlore. Le chlore forme au contact de l'eau des substances potentiellement cancérigènes: les trihalométhanes. D'après l'OMS, nous serions autant exposés par notre alimentation ou par l'air ambiant au sein des habitations. Cependant, comme les normes sanitaires tendent à évoluer avec les années, cela reste encore un paramètre à garder à l'oeil.

Les phtalates

Les phtalates proviennent des revêtements des canalisations. Toutefois, dans notre quotidien, nous sommes bien plus exposés aux phtalates que par l'eau du robinet. Les phtalates se retrouvent surtout dans les emballages plastiques, cosmétiques, certains jouets et articles de puériculture, et certains dispositifs médicaux. Bien sûr, pour éviter une surexposition aux phtalates, ne pas boire de l'eau du robinet est clairement insuffisant. Il faut se méfier du plastique omniprésent dans notre vie quotidienne. Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens qui ont un impact néfaste sur la fertilité, le développement du foetus et du nouveau né.

Les pesticides

La présence de pesticides dans l'eau du robinet est essentiellement liée à l'usage de pesticides dans l'agriculture intensive. Les seuils autorisés pour chaque pesticide dans l'eau de robinet sont beaucoup moins importants que dans certains fruits et légumes: 500 ng/L de résidu de pesticides pour l'eau du robinet contre 10 000 ng/L pour les fruits et légumes. Autant vous dire que pour avaler moins de pesticides, il ne faut pas seulement se préoccuper de la qualité de l'eau mais aussi de celle des fruits et légumes qu'on mange.

Les résidus de médicaments et d'hormones

Les résidus de médicaments proviennent de l'activité humaine, notamment du rejet d'eaux usées: élevages intensifs, les utilisations ménagères (urines dans les eaux usées), eaux usées rejetées par les hôpitaux... Les recherches actuelles manquent de recul quant aux effets de l'ingestion de ces résidus médicamenteux, mais une volonté de surveillance des autorités sanitaires semble être mise en place. Sachant tout cela, quels choix avons nous pour consommer une eau de meilleure qualité? Voici les deux options que l’on peut considérer pour améliorer la qualité de son eau quotidienne.

Option 1: l'eau du robinet filtrée

Comme nous l'avons vu, l'eau du robinet, même si elle est très contrôlée, est loin d'être idéale pour une consommation quotidienne au long court. Il conviendra, pour en améliorer la qualité d'avoir au moins un système de filtrage. Plusieurs dispositifs sont alors possibles:

    La carafe filtrante

    C'est le dispositif le plus courant dans les ménages et le moins onéreux. On l'équipe généralement de filtres à charbon actif qui suppriment le goût de chlore, permettent de réduire la charge en calcaire et en plomb. Pour les autres résidus, cela reste limité. Pour ce dispositif, il faut changer le filtre toutes les 4 à 6 semaines environ.

    L'osmoseur

    L'osmoseur est un dispositif de filtrage par osmose inverse. C’est en quelque sorte la “rolls” des systèmes de filtrage actuels. Il comporte plusieurs couches. L'eau passe généralement un premier filtre qui la débarrasse de la poussière, puis un second filtre contenant généralement 3 couches de charbon actif qui retient le chlore, le calcaire et le plomb. Ensuite l’eau traverse une membrane à osmose inverse qui permet de la débarrasser de 98% de ses impuretés. Cette membrane sépare l'eau en deux: d'une part une eau de rejet qui contient les impuretés et est envoyée dans le circuit des eaux usées, et d'autre part une eau pure qui rejoint le réservoir et est mise à disposition pour la consommation. Le réservoir se remplit ainsi automatiquement d'eau dès qu'une partie de son eau est utilisée. Les osmoseurs peuvent également disposer d'une cartouche de minéralisation contenant une algue: le lithothamne, permettant de reminéraliser l'eau osmosée avant de rejoindre le réservoir.

    Il faut environ 4 litres d'eau de robinet pour produire 1 litre d'eau osmosée. Ce dispositif consomme donc plus d'eau. Par ailleurs, afin de préserver la durée de vie de la membrane d'un osmoseur, l'eau de robinet ne doit pas être trop dure. Il est donc recommandé, si votre eau est dure, d'avoir un adoucisseur d'eau en amont. L’osmoseur est donc un dispositif d'une efficacité redoutable mais est assez onéreux.

    Le filtre sur robinet

    Il en existe de différents types sur le marché, plus ou moins efficaces. C'est une solution facile à mettre en place puisqu'il suffit de monter le dispositif directement sur le robinet. Le principe est simple: l'eau passe un filtre comportant une ou plusieurs cartouche(s), captant les polluants et résidus avec plus ou moins d'efficacité. Lorsqu'ils sont équipés d'un filtre à charbon, les filtre de robinet permettent de limiter la quantité de métaux lourds, de chlore et de calcaire dans l'eau. Il existe également des dispositifs à mettre sous l’évier, mais le principe de fonctionnement reste identique.

Option 2: L'eau en bouteille

La minéralité

A l'exception de l'eau distillée qui ne contient pas de minéraux, il est important de comprendre que toutes les eaux, y compris l'eau de robinet sont plus ou moins minéralisés. L'appellation eau "minérale naturelle" est réservée aux eaux d'origine souterraine et qui n'ont subi aucun traitement. Auparavant les eaux dites minérales étaient réservées aux cures et toujours consommées sur des périodes de temps restreintes et jamais en continu. Aujourd'hui, les industries se sont emparées du filon et rivalisent d'arguments marketing pour vanter les vertus de leurs eaux très riches en minéraux et les présenter comme une réponse nécessaire aux besoins quotidiens du corps. Cependant, en naturopathie, la consommation d'eau très minéralisée est fortement déconseillée sur une base quotidienne car au lieu de reminéraliser l'organisme, elles ont plutôt un effet délétère en fatiguant le système rénal.

L'emballage plastique

L'emballage plastique des eaux en bouteille est également à prendre en compte. Certaines substances dans la composition des plastiques migrent dans l'eau est peuvent être des cancérigènes ou des perturbateurs endocriniens. cependant, tous les plastiques n'ont pas le même niveau de toxicité. Sous les bouteilles, est inscrit un petit triangle contenant un numéro qui fait référence aux divers types de produits chimiques utilisées dans la fabrication de l'emballage. Ce chiffre peut aller de 1 à 7. Les chiffres à privilégier sont 2, 4 et 5 car ils désignent les plastiques les plus stables, c'est à dire ceux pour lesquels il n'y a pas de migration de produits chimiques toxiques vers la nourriture.

Quelle eau en bouteille sur une base quotidienne?

Pour une consommation quotidienne, il faut privilégier les eaux très faiblement minéralisées. Pour cela, on regarde le taux de résidus secs toujours indiqué sur l'étiquette des bouteilles d’eau. On recherchera un taux de résidus secs inférieur à 100 mg/L de préférence. Il faut également privilégier une concentration en fluor inférieure à 1 mg/L, et une concentration en chlorure et sulfates inférieures à 250 mg/L. A titre d'exemple, voici des eaux que l'on peut consommer sur une base quotidienne: Mont Roucous, Rosée de la Reine, Montcalm, Volvic, eau d'Auvergne Carrefour, Volcania chez leader price, Lauretana, Mont-Dore, Charrier...

En revanche, il faut éviter de consommer quotidiennement et de manière prolongée les eaux fortement minéralisées comme Contrex, Hépar, Saint-Yorre… Ces eaux peuvent être utilisées en cure sur des courtes périodes pour répondre à des besoins très spécifiques. L'eau d'Hépar peut être intéressante en cure sur une courte période car elle a des propriétés laxatives et stimule les fonctions hépato-biliaires. Elle peut être utilisée pour lutter contre les symptômes de la constipation en combinaison avec une réforme de l'hygiène de vie. Demandez conseil à votre naturopathe.

Chahira
Chahira
Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *