Trois bonnes raisons de pratiquer la musculation

Guide des macronutriments
23 juillet 2018
Smoothie bowl aux fruits rouges
21 août 2018
Voir tous

Trois bonnes raisons de pratiquer la musculation

La musculation est pratiquée par des millions de personnes dans le monde. En général, on met les pieds dans une salle de musculation pour améliorer son physique d'un point de vue esthétique ou pour améliorer ses performances physiques dans le but de compléter la pratique d'un autre sport (boxe par exemple).
Mais savez vous que la musculation a des effets extrêmement bénéfiques pour la santé? Je vous invites ici à en découvrir trois qui méritent que l'on se pose la question: alors je me mets à la musculation?

Prévention des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2

Une étude publiée dans la revue Medicine and science in sports and exercice , et menée sur plus de 30 000 femmes a montré que le risque de développer un diabète de type 2 chez les pratiquantes de musculation est inférieur de 30% et que le risque cardiovasculaire est abaissé de 17%, par rapport aux femmes qui ne pratiquent pas ce sport. [1]

Une autre étude menée sur plus de 30 000 hommes a montré des effets bénéfiques dans la diminution du risque de diabète de type 2. On constate des résultats positifs partir de seulement une heure de pratique de musculation par semaine, avec une diminution de 12% de développer un diabète de type 2. Pour une heure à deux heures et demi de musculation par semaine, le risque diminue de 25%, et pour plus de deux heures et demi par semaine, ce risque est diminué de 34%. [2]

La pratique conjointe de la musculation et du cardio training permet de diminuer encore plus ce risque: deux heures et demi de musculation conjointement à deux heures et demi de cardio training par semaine permet de diminuer le risque de diabète de type 2 de 59%. [2]

Prévention de l'ostéoporose

L'ostéoporose est une maladie qui se caractérise par une perte de la masse et de la densité osseuse. Les os deviennent poreux et fragiles. Cette maladie augmente le risque de fracture chez les individus concernés, notamment au niveau des os de l'avant bras, du col fémoral et de la colonne vertébrale.

L'augmentation de la masse musculaire également appelée surcompensation, et l'utilisation d'exercices de musculation impliquant les muscles stabilisateurs (responsables du maintien de l'équilibre), permettent d'améliorer la stabilité du corps et de prévenir le risque de chute et donc de fractures. Les muscles, plus denses, agissent comme des gaines autour des articulations et des os, et servent ainsi d'amortisseurs.

Enfin, la musculation permet d'augmenter la densité osseuse. [3] Elle agit ainsi comme un frein à l'apparition de l'ostéoporose grâce à son direct positif sur la composition osseuse. Le bouleversement hormonal induit par la ménopause augmentant fortement la déminéralisation osseuse, les femmes ont donc grand intérêt à s'intéresser à la musculation.

Ralentir le vieillissement

La musculation est la seule activité physique qui permet de sécréter de manière plus importante deux types d'hormones: l'hormone de croissance et la testostérone. Pendant les heures qui suivent une séance de musculation, un taux important d'hormone de croissance est sécrété par l'organisme. L'hormone de croissance est essentielle car elle permet de régénérer les tissus, de réparer les cellules, et joue également un rôle dans la composition corporelle. [4] [5] [6]

La deuxième hormone, la testostérone, participe à la fabrication de tissus musculaires, conjonctifs, osseux et cutanés, et a également un effet bénéfique sur la libido, et ce, aussi bien chez l'homme que chez la femme. La baisse de testostérone est par ailleurs l'une des causes du vieillissement osseux et de l'apparition de l'ostéoporose chez l'homme. [7]


Pour conclure, a musculation n'est pas seulement une discipline qui permet d'améliorer le physique d'un point de vue uniquement esthétique. Elle mériterait que l'on s'y intéresse à tout âge, et peut s'inscrire dans une démarche d'amélioration de la santé et de préservation de sa qualité de vie.

Références

[1] E.J. Shiroma & al. Strength Training and the Risk of Type 2 Diabetes and Cardiovascular Disease Med Sci Sports Exerc. 2017 Jan;49(1):40-46.

[2] A. Grontved & al. A Prospective Study of Weight Training and Risk of Type 2 Diabetes in Men Arch Intern Med. 2012 September 24; 172(17): . doi:10.1001/archinternmed.2012.3138.

[3] S.L.Deng. Muscle strength training helps to reduce bone loss in early postmenopausal women Science & Sports Volume 28, Issue 5, October 2013, Pages 260-266

[4] N. Moller & al. Effects of growth hormone on glucose metabolism. Horm Res. 1991;36 Suppl 1:32-5.

[5] J.L. Clasey & al. Abdominal visceral fat and fasting insulin are important predictors of 24-hour GH release independent of age, gender, and other physiological factors. J Clin Endocrinol Metab. 2001 Aug;86(8):3845-52.

[6] R. Nass & al. Effect of growth hormone (hGH) replacement therapy on physical work capacity and cardiac and pulmonary function in patients with hGH deficiency acquired in adulthood. J Clin Endocrinol Metab. 1995 Feb;80(2):552-7.

[7] E. Legrand. Ostéoporose chez l'homme : vers la parité ? Rev Rhum, 2001 - 68 : 365-368.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *